Archive

Archive for mars 2010

Journalisation des diagnostics sous Sharepoint 2010 – Partie 1


Sharepoint 2010 arrive bientôt avec de nombreuses nouveautés et améliorations un peu partout dans la plate-forme. La journalisation des diagnostics n’échappe pas aux changements et c’est pour le mieux. Regardons ensemble quelques éléments.

Premièrement, l’interface utilisateur a été améliorée. Comme vous pouvez le constater dans l’image ci-dessous, il est maintenant possible de modifier le niveau  d’événement ou le niveau de suivi d’une ou plusieurs catégories d’un seul coup. Et c’est très facile de voir le niveau de chaque catégorie.

Lorsque le niveau par défaut a été altéré, il apparaît en gras et pas besoin de se souvenir de la configuration par défaut car si on veut remettre la configuration par défaut, on a juste à choisir « Valeurs par défaut » dans la liste.

En second lieu, il est maintenant possible de se protéger contre une inondation de messages identiques en cochant la case « Activer la protection de flux du journal des événements ». Finalement, on peut aussi configurer le nombre de jours de conservation des fichiers de journaux et limiter l’espace disque de ces derniers.

N.B. : L’information contenu dans cet article provient de la version Beta 2 de Sharepoint 2010.

Publicités

Mon environnement d’essais pour tester Sharepoint 2010


Désirant effectuer des essais avec la version beta 2 de Sharepoint Foundation et Sharepoint Server 2010, deux choix s’offraient à moi :

  • Windows Server 2008 R2, activer le rôle Hyper V et créer des machines virtuelles
  • Démarrer directement sur un disque virtuel VHD (boot from vhd)

Considérant les prérequis pour faire rouler Sharepoint 2010, je me suis rapidement rendu compte que la seule solution qui s’offrait à moi était donc l’utilisation d’un disque virtuel. En effet, mon portable actuel ne supporterait pas la charge requise pour la première option.

J’ai donc créé un disque VHD de base de 50 go qui contient l’ensemble des éléments communs pour faire rouler les deux saveurs de Sharepoint 2010 soit : Windows Server 2008 R2, SQL Server 2008, Visual Studio 2010 Beta, Office 2010 Beta 2 et activer les rôles nécessaires et prérequis pour l’installation de Sharepoint.

Par la suite, j’ai créé deux disques incrémentales, un pour Sharepoint Foundation et un pour Sharepoint Server. Tel qu’illustré ci-dessous, cette configuration me permet de faire des essais comparatifs entre les deux versions.

J’ai conservé une copie de sécurité de mon disque de base avant d’installer Visual Studio 2010 et Office 2010. Lorsque tous les produits seront en version finale, je n’aurai qu’à réinstaller ces deux produits, recréer les deux disques incrémentales et réinstaller Sharepoint Foundation et Server. Je prévois même aller plus loin en créer des enfants de c’est deux derniers disques car il n’y a pas de limite de niveau.

En terminant, je peux vous dire que le VHD est très intéressant comme approche pour faire des preuves de concepts « jetables ». 

Comment créer un disque virtuel (VHD) différentiel sous Windows 7


L’une des belles fonctionnalités des disques virtuels (VHD) est la possibilité de créer un ou des disques différentiels qui sont basés sur un disque parent.

La création d’un disque différentiel est très simple. Il suffit d’ouvrir une fenêtre de commande, en tant qu’administrateur et d’exécuter les commandes suivantes :

diskpart

Cette commande démarre l’utilitaire diskpart en mode ligne de commande. Par la suite, il suffit d’inscrire et d’exécuter la ligne de commande suivante pour réaliser la création du disque différentiel.

create vdisk file="D:\VHD\PARENT.vhd" parent="D:\VHD\ENFANT.vhd"

Maintenant, il ne reste qu’à ajouter une entrer dans le menu de démarrge (boot menu) de notre machine. Encore une fois, il suffit d’ouvir une fenêtre de commande en tant qu’administrateur et d’exécuter les commandes suivantes :

bcdedit /copy {current} /d "Nouveau VHD Enfant"
bcdedit /set {nouveauguid} device vhd=[D:]\VHD\ENFANT.vhd
bcdedit /set {nouveauguid} osdevice vhd=[D:]\VHD\ENFANT.vhd
bcdedit /set {nouveauguid} detecthal on

La première commande retournera un GUID en résultant. C’est ce GUID qu’il faut utiliser pour remplacer « nouveauguid » dans les trois commandes suivantes.

C’est très intéressant en mode expérimentation car on peut recréer notre VHD enfant à volonté lorsqu’on a terminé notre travail.

Une dernière chose à laquelle il faut porter attention est que le VHD parent ne doit pas être altérer. Je vous suggère de le placer en lecture seule afin d’éviter les erreurs de manipulation.

Catégories :Virtualisation Étiquettes :
%d blogueurs aiment cette page :